Un cadre passe 5 heures par jour à traiter ses mails

En moyenne, un cadre consacre 5 heures par jour à traiter ses mails. La lecture de mails est une tâche qui s’étend sur toute la journée de travail et qui perturbe la concentration d’un salarié. En réalité, 43% des salariés français sont interrompus par un mail au moins toutes les 10 minutes, sachant qu’un temps de 64 secondes est nécessaire pour reprendre une tâche. Dans l’objectif d’être réactif et interactif avec ses partenaires, collègues et clients, un salarié passe une grande partie de son temps à lire et rédiger des emails au dépend de son activité principale. On en conclut donc que le mail nuit en quelques sorte à la productivité d’un salarié. Dans son article « La productivité d’un employé se juge-t-elle au volume de ses mails », Jérôme Delacroix parle du concept de procrastination active. Ce mot clé résume parfaitement le propos expliqué plus haut. En d’autres termes, c’est l’art de la productivité appliquée à des tâches secondaires.

Lire l’article de Jérôme Delacroix sur le mail et la productivité

La concentration du salarié est bouleversée par la réception de messages, souvent moins importants que la tâche ; 80% des e-mails reçus par les professionnels sont qualifiés de spam. Le résultat est généralement frustrant pour le salarié à la fin de sa journée de travail : ses dossiers n’ont pas été finalisés. Pour compenser la baisse de sa productivité, ce cadre lit et rédige des mails en dehors de ses horaires de travail. L’émergence du téléphone portable mène à une hyper-connectivité :69% des Français regardent leurs mails directement sur leur smartphone, et 20% consultent leur boite de réception avant même de sortir du lit.

Bien qu’il ralentisse souvent la communication interne et externe, le mail reste un outil de communication utile, lorsqu’il est géré de manière efficace.

Lire l’article de Jérôme Delacroix sur le mail et la productivité

2017-11-21T11:41:23+00:00
56 Partages
Partagez11
Tweetez
Partagez45
+1